« Mon objectif, le retour en D1 avec la KAS Eupen »

Le transfert de Siebe Blondelle vers la KAS Eupen a été officialisé dès l’ouverture du mercato estival. Le défenseur flamand (29 ans), qui a joué auparavant aux Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique quitte Waasland Beveren, où il était titulaire, pour rallier la KAS Eupen. Dès le début, il a convaincu son entraîneur qui lui a confié un rôle de titulaire au centre le la défense. Son voeu le plus cher serait de rejoindre  la D1 au plus vite avec la KAS Eupen, un club auquel il atteste dans l’interview accordée à l’AS Journal qu’il se situe déjà dans de nombreux domaines au niveau de la D1. 

Votre contrat auprès de Waasland Beveren venait à échéance à la fin de la saison dernière et vous avez immédiatement donné votre accord à la KAS Eupen en début de mercato. Qu’est-ce qui vous a poussé à signer aussi tôt à la KAS Eupen, plutôt que d’attendre d’autres propositions émanant de clubs de D1? 

La KAS Eupen et moi, nous avons un objectif commun: la montée en D1. Au cours des négociations avec la KAS Eupen, j’ai de suite ressenti la haute considération dont je jouissais à leurs yeux ainsi que la même ambition sportive. C’est ainsi que j’ai signé à Eupen sans avoir l’impression d’avoir fait un pas en arrière dans ma carrière car dans de nombreux domaines, la KAS Eupen se situe déjà au niveau des clubs de D1.

Quels sont ces domaines, où le club atteint déjà les prémices de la D1?

Tout l’environnement gravitant autour de l’équipe première est organisé de manière professionnelle et les conditions d’entraînement tout comme la logistique du déjeuner au dîner en commun pour toute l’équipe sont optimales et proches de la D1. L’aspect sportif est bien évidemment le plus important et je le considère en adéquation avec l’environnement. Notre équipe est composée exclusivement de bons joueurs, qui ont tous suivi une excellente formation. Nous pratiquons vraiment un bon football et à Eupen, chacun de nous peut encore progresser; c’est précisément ce qui me plait ici.

Vous êtes depuis 2 mois maintenant à Eupen. Quelle est votre impression de la ville, de ses habitants et de sa qualité de vie? 

Eupen n’est pas une grande ville, mais elle est conviviale avec beaucoup de bons restaurants. Sa situation géographique est idéale; d’ici on est vite aux Pays-Bas, en Allemagne et au centre du pays. À ces avantages, il faut encore ajouter la belle nature environnante et les Hautes Fagnes. Quand nous disposons d’une demi-journée de liberté, mon épouse et moi, nous nous rendons avec plaisir aux Pays-Bas ou à Aix-la-Chapelle; lorsque le club nous accorde une journée complète, il n’est pas rare que nous allions rendre visite à notre famille à Bruges.

Votre carrière de joueur professionnel vous a déjà mené en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique. Où situez-vous la KAS Eupen par rapport à vos stations précédentes?

Eupen est un mélange de tout ce que j’ai vécu jusqu’à présent. Nous pratiquons un football très technique, comme aux Pays-Bas, nous disputons un championnat à la sauce belge et l’allemand est la langue pratiquée dans la région.

Depuis cette saison, pratiquement chaque position dans l’équipe peut être occupée par deux joueurs équivalents. La concurrence interne ne pourrait-elle pas s’avérer trop pesante à la longue pour l’ambiance dans l’équipe? 

Je ne le perçois pas ainsi. Je considère la double candidature pour une position comme un avantage. Les impondérables d’un championnat sont multiples (blessures, sanctions, etc…). Il me parait dès lors vital de pouvoir disposer de réservistes d’un niveau équivalent pour pallier à toutes ces défections.

Lorsque vous jouiez à Waasland Beveren, vous évoluiez dans une équipe à vocation défensive. À Eupen, vous jouez dans une équipe qui recherche la possession du ballon. N’est-ce pas un grand changement pour un défenseur?  

À Waasland Beveren, j’évoluais plutôt comme médian défensif et non sur ma position de prédilection au centre de la défense. J’y accomplissais surtout une mission de défenseur; j’étais moins impliqué dans la construction du jeu. Mon devoir à la KAS Eupen est certes plus complexe, mais il procure plus de satisfaction. C’est pour cette raison que ma mutation à Eupen n’a pas causé de gros problèmes.

La KAS Eupen vient de signer un gros transfert pour renforcer la ligne d’attaque avec Jeffrèn. Quelle a été la réaction au sein de l’équipe? 

La réaction a été très positive. Nous voulons tous accéder à la D1 et nous sommes tous d’avis que tout renfort pour y parvenir est le bienvenu. Un transfert de ce calibre doit motiver l’ensemble de l’équipe. Ce sera certainement un atout supplémentaire pour notre sûreté et notre confiance.

À propos de la montée en D1: la KAS Eupen possède-t-elle les qualités pour remporter le titre en Proximus League?

Nous avons en tout cas bien débuté avec nos 10 points en 4 matches de championnat et nos 2 victoires en Coupe de Belgique. Nous ne devons avoir peur de personne, mais la D2 se caractérise par la difficulté de son championnat. Ce sera dur pour tous les candidats. Mais, je me refuse de me projeter avec mes idées en fin de championnat; le prochain match doit toujours rester le plus important.

Le prochain match opposera l’AS Eupen au descendant de la D1, le Lierse SK. Qu’attendez-vous de cette partie dimanche au stade du Kehrweg? 

Le Lierse pratique un football similaire au nôtre, ce qui devrait fournir un spectacle agréable pour les spectateurs sur les gradins. Pour les deux clubs, ce sera l’occasion de faire un bilan intermédiaire. Nous aimerions confirmer notre bon départ et le Lierse entreprendra tout ce qui est en ses moyens pour enfin entrer dans une spirale positive  La période de transfert est clôturée, les premiers matches ont été joués et maintenant nous saurons où nous en sommes. J’espère évidemment que les 3 points de l’enjeu resteront au Kehrweg. Ce serait d’autant plus agréable pour moi, parce que ma petite fille (2 ans) sera probablement présente au stade le jour de son anniversaire et qu’une victoire sur le Lierse SK serait un cadeau supplémentaire.