« Une bonne prestation peut nous remettre sur le bon chemin »

Suite à la défaite encourue à Waasland-Beveren, la KAS Eupen se retrouve pour la première fois en position inconfortable de lanterne rouge en Jupiler Pro League. « C’est tout, sauf une situation agréable », déclarait le défenseur central Siebe Blondelle (30 ans). Et il s’y connait en la matière: « Lors de mon passage à Waasland Beveren, nous avons constamment joué avec la hantise de la relégation, mais nous avons chaque fois pu y échapper. Cette constatation devrait nous donner de l’aplomb dans la lutte pour le maintien », ajoutait-il lors de l’interview qu’il avait accordée à l’équipe rédactionnelle de l’AS Journal. Et il connait la recette pour remettre son équipe sur le bon chemin: « Nous devons nous concentrer davantage sur nos missions défensives et travailler d’arrache-pied pour décrocher au plus vite notre prochain succès. Et pourquoi pas dimanche soir à domicile  face au KAA Gent? »

En perdant 4:2 à Waasland-Beveren, la KAS Eupen encaisse sa deuxième défaite face à un concurrent direct pour le maintien en D1. La déception est-elle profonde?  

« Il ne faut pas dramatiser notre situation à outrance. Les équipes logées aux places 11 à 16 se retrouvent dans un mouchoir de poche. Il suffit d’une victoire pour sortir de la zone rouge et cela peut même aller très vite. Mais nous devons bien être conscients que nous sommes maintenant engagés dans une âpre lutte et que chacun de nous devra y aller à fond pour nous maintenir en D1. J’espère que tous les protagonistes présents à Waasland Beveren auront tiré leur leçon de cette rencontre. »

Pensez-vous que vos concurrents – Mouscron, Westerlo et Waasland – ont une longueur d’avance sur la KAS Eupen, du fait que ces clubs possèdent déjà leur lot d’expérience dans la lutte contre la relégation?  

« Il est un fait qu’au cours de ces dernières années, ces équipes ont été impliquées dans la lutte pour le maintien en D1, ce qui n’était pas notre cas en D2.  Nous avons presque systématiquement occupé le haut du tableau et imposé notre système de jeu et notre possession de balle à nos adversaires. Et cela ne nous a pas trop mal réussi dans le présent championnat lors de nos sorties face aux clubs de D1, mais d’un autre côté, nous avons commis beaucoup trop d’erreurs. En D2, on pouvait généralement compenser nos errements, mais en D1 cela n’est plus possible. Si nous voulons pérenniser notre présence en D1, nous devons absolument éviter ces erreurs et être conscients que la récolte de points est le paramètre essentiel pour notre maintien. Cela devrait être notre ligne de conduite pour la suite du championnat ».

En analysant la différence de buts (13:26), on cerne immédiatement le problème. Se situe-t-il en défense ou dans le comportement défensif de toute l’équipe? 

Dans les deux secteurs. En défense, nous avons commis un nombre d’erreurs qu’il est impératif de réduire, voire de supprimer. En ce qui concerne notre situation actuelle, je pense que dans notre système de jeu, nous devrions agir plus en bloc au milieu du terrain avec nos médians défensifs et nos défenseurs centraux et latéraux. Nous devons nous concentrer davantage sur un axe défensif plus solide et plus solidaire. Cela permettrait de réduire au minimum les situations en tête-à-tête de nos défenseurs avec les attaquants adverses. Cela génère une pression supplémentaire et nous amène à commettre les erreurs fatales. Notre objectif devrait être le « clean sheet ». Si nous y parvenions, je suis certain que nous remporterions de nouvelles victoires parce que à l’avant, nous possédons quelques joueurs prolifiques en situation de but et ils l’ont déjà démontré auparavant.

Comment les défaites des dernières semaines se sont-elles répercutées sur l’ambiance dans l’équipe; est-elle toujours la grande famille caractérisée par sa cohérence dans les situations les plus pénibles? 

Oui, l’ambiance dans l’équipe est toujours bonne et nous formons un bloc homogène où chacun de nous a sa place. Nous devons cependant réaffirmer cette cohérence chaque semaine à l’occasion du prochain match officiel et non seulement à l’entraînement.

Avez-vous au cours de votre carrière antérieure déjà été confronté à la lutte pour le maintien? 

Bien sûr, à Waasland-Beveren, où j’ai évolué pendant 3 saisons et où nous avons constamment été confrontés à la lutte pour le maintien en D1. C’est une épreuve éreintante pour tous les participants. Mais nous avons à chaque fois réussi à nous extirper de la relégation. J’espère que ce sera aussi le cas pour Eupen. À Waasland, nous avons cependant eu beaucoup de chance à une occasion: en n’obtenant que le nul face au SK Lokeren, nous aurions presque été condamnés aux PO 3 parce que le Cercle de Bruges menait temporairement à la marque sur le terrain de Malines. Ce n’est qu’au cours du temps additionnel que Malines a encore planté deux buts pour sceller le destin des Brugeois et sauver le nôtre.

Les joueurs chevronnés du cadre comme vous, sont-ils investis d’un rôle particulier dans la situation actuelle?

J’essaye bien évidemment d’inculquer mon expérience à mes jeunes coéquipiers, mais je suis incapable de grimper dans leur tête et de leur commander la meilleure façon de jouer. Chaque joueur doit bien se rendre compte de l’importance de rester en D1 pour la suite de sa carrière. Et nous en avons le potentiel.

Quelle est votre recette pour sortir de l’impasse?

Par une bonne prestation, par un bon match, par la récolte de points ou par une victoire. Un peu à l’image de ce qui s’est passé l’année dernière avec notre victoire in extremis contre Heist, qui nous a permis d’aligner par nos propres moyens et avec la même équipe une impressionnante série de matches jusqu’en fin de saison. Je pense qu’un match similaire pourrait nous donner des ailes et nous rendre la confiance qui commence à s’étioler. Peut-être pourrions nous à nouveau réussir une bonne petite série.

Dimanche, la KAS Eupen accueillera un des gros bras de D1, le KAA Gent. Quel est l’objectif d’Eupen dans cette confrontation? 

Lors de nos matches à domicile contre Anderlecht et Ostende, nous avons fourni une bonne prestation et avec le soutien de nos supporters, nous devrions tenter de la répéter face à Gand. Nous devons évacuer de notre esprit nos performances en demi-teinte et prendre notre adversaire à bras le corps et le confronter à une bonne organisation. Si nous parvenons à stabiliser notre défense et garder le zéro, nous aurions au moins un point, qui à mes yeux vaudrait une petite victoire.

Vous habitez maintenant depuis plus d’un an à Eupen; ce nouvel environnement vous convient-il?

Très bien, je m’y sens parfaitement à l’aise. Le club est bien structuré et capable d’assurer l’appartenance à long terme à la D1. Et personnellement, je caresse l’espoir d’y participer le plus longtemps possible. Les personnes que je rencontre à Eupen sont très sympathiques. Que ce soit chez le boucher ou chez le boulanger, je ressens qu’ils s’intéressent vraiment à leur club de football et qu’ils sont bien informés. Je partage mon temps entre Eupen et Oostkamp, mon lieu de résidence près de Bruges. Le weekend, mon épouse et ma petite fille descendent à Eupen et lorsque je peux profiter d’un jour de repos, je monte à Oostkamp. Et tout se passe bien ainsi.